Le Maître de Jean Germain

Réuni pour la première fois par François Avril en 1993, le corpus de l’artiste consiste en deux oeuvres de grande qualité. La première, un manuscrit enluminé (Le Débat du Chrétien et du Sarrasin, Bibliothèque nationale de France, ms. fr. 948), est une commande de Jean Germain, évêque de Chalon-sur-Saône. La deuxième, une Majestas Domini détachée d’un missel démembré (Londres, British Library, ms. Harley 4939, fol. 1), a récemment été attachée au même commanditaire. En 2004, Frédéric Elsig propose de lier les peintures murales à la chapelle Saint-Lazare à Notre-Dame de Beaune à la main du maître. Son corpus s'enrichit davantage par l’ajout d’un bréviaire à l’usage de Chalon-sur-Saône (New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 909) lequel manifeste une cohérence stylistique avec les deux premières oeuvres et élucide une collaboration durable avec le prélat-commanditaire. Daté entre 1435 et 1440, le bréviaire new-yorkais est le plus ancien du groupe alors que les deux oeuvres principales se situent autour de 1450.  Les peintures murales de Beaune sont datées v. 1470 et forment ainsi l’oeuvre la plus tardive. Fortement marqué par les innovations septentrionales de l’ars nova, le langage du Maître de Jean Germain manifeste une lecture rigidifiée des modèles tournaisiens, alourdie par la composante slutérienne, et dévoile la culture composite véhiculée en Bourgogne. D’une part, par le réseau diplomatique, exemplifié par le mécénat de Jean Germain. D’une autre, par le réseau économique, celui des foires, notamment celles de Chalon-sur-Saône. On ignore tout de sa jeunesse, sa formation ou son éventuelle collaboration avec d’autres artistes, cependant on devine une influence d'Antoine de Lonhy, le peintre itinérant originaire de Chalon-sur-Saône qui enlumine en 1449 le frontispice de la Mappemonde spirituelle (Lyon, Bibliothèque municipale, ms. PA 32), commandée par Jean Germain et dédiée à Philippe le Bon.

Bibliographie

 

P. Toussaint, Les foires de Chalon-sur-Saône, des origines au XVIe  siècle, éd. J. Nourry, Dijon, 1910.

 

Y. Lacaze, Un représentant de la polémique antimusulmane au XV siècle: Jean Germain Evêque de Nevers et de Chalon-Sur-Saône 1400-1461, sa vie et son œuvre, Thèse de l’École des Chartes, 1958.

 

The Pierpont Morgan Library, A Review of Acquisitions, 1949-1968, New York, 1969, p. 9.

 

F. Avril, « Le Maître des Heures de Saluces, Antoine de Lonhy », Revue de l'Art, vol. 85, no 1,‎ Paris, 1989, p. 9-34.

 

F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France 1440-1520, Paris, 1993,

p. 195.

F. Elsig, La peinture en France au XV siècle, Milan, 2004, p. 31.

M.E Bruel, « Un manuscrit de la bibliothèque d’Odard Bellossier, Le Débat du Chrétien et du Sarrasin de Jean Germain (Bibliothèque Municipale de Moulins, ms. 7) », Etudes Bourbonnaises, 18/316, 2009.

 

J. Paviot, « Jean Germain, évêque de Nevers et de Chalon-sur-Saône, chancelier de l’ordre de la Toison d’Or », Publications du centre européen d’études bourguignonnes, 50-51, Bruxelles, 2010-2011, p. 109-127.

 

Hiba Mojabber, Le Maître de Jean Germain : un peintre actif à Chalon-sur-Saône au XVsiècle, mémoire de Master de l'université de Genève, sous la direction de Frédéric Elsig, Genève, 2016.

F. Elsig, Antoine de Lonhy, Milan, 2018,

p. 23, 26.

Le Maître de Jean Germain, Débat du Chrétien et du Sarrasin, ms. fr. 948, fol. 11v, 1447-1450, Bibliothèque nationale de France, Paris.

Rédigé par Hiba Mojabber
hiba.mojabber@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.