Jean Bapteur

Originaire de Fribourg, l’artiste réalise un périple de trois mois en 1427 en Italie. Il entre au service du duc Amédée VIII et, en 1428, commence à enluminer pour lui une Apocalypse (aujourd’hui à l’Escorial), sa seule œuvre documentée qui nous est parvenue. La redécouverte de la personnalité de B. est liée à ce codex : en 1901, Alessandro Baudi di Vesme et Francesco Carta ont mis en évidence la relation entre le manuscrit et des documents qui permettaient lui attribuer sa première campagne décorative (1428-1434). En 1432, l’artiste dirige la campagne décorative du château de Thonon et quatre ans après il travaille dans celui de Ripaille. On le trouve en 1435 à Chieri, où il retourne en 1450. En 1453 il réalise les blasons de la maison de Savoie pour la ville de Fribourg. Il meurt à Morges en 1458. Son corpus artistique a été construit à partir de l’Apocalypse. Dans une phase sensiblement antérieure, marquée par le gothique international et la culture artistique avignonnaise, on lui attribue un pontifical commandé par Amédée de Talaru vers 1420 (Besançon, Bibliothèque diocésaine, ms. 4), ainsi qu'un bréviaire exécuté à l'intention d'Amédée VIII autour de 1425 (Besançon, couvent des Clarisses, ms. 3). Postérieurement il réaliserait une Vie de saint Antoine (Halle-Wittenberg, Universitäts und Landesbibl. Sachsen-Anhalt, ms. I/D a/6), probablement pendant son voyage en Italie en 1427. De retour à la cour il commence à travailler au manuscrit de l’Escorial. Vers 1436 il enlumine le frontispice du De doctrina dicendi d’Albertano de Brescia (Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique, ms. 10317-18, fol. 1). Bapteur est installé essentiellement à Genève, où il enlumine en 1437 le Titre de noblesse des Destri (Lausanne, Archives cantonales vaudoises, inv. 559). Au début des années 1440 il aurait peint la Crucifixion du Museo Civico de Turin, œuvre charnière dans sa carrière, puisqu’elle intègre certains principes de l’ars nova. Pendant les dernières années, sa production semble diminuer considérablement. Entre 1451 et 1455, le peintre semble avoir participé au décor des Heures dites de Saluces (Londres, British Library, Add. 27697, fol. 64v).

Bibliographie

 

J. Fernandez Montañá, « El Apocalipsis de san Juan, manuscrito precioso del Escurial », Museo español de Antiguedades, 4, 1875, p. 443-483.  


P. Durrieu, « Manuscrits d'Espagne remarquables principalement par leurs peintures et par la beauté de leur exécution », Bibliothèque de l'école des chartes,  1893, p. 270-274.


A. Baudi di Vesme et F. Carta, « I miniatori dell’Apocalisse dell’Escuriale », L’Arte, 4, 1901, p. 35-42.


A. Griseri, « Nell’area di Jaquerio e di Bapteur », Paragone, 161, 1963, p. 3-25.


Sh. Edmunds, « The Missals of Felix V and early Savoyard illumination », The Art Bulletin, 46, 1964, p. 127-141.


Sh. Edmunds, « New light on Bapteur and Lamy », Atti dell'Accademia delle Scienze di Torino, 102, 1968, p. 501-550.


Sh. Edmunds, « The Medieval Library of Savoy », Scriptorium, 24, 1970, p. 318-327.


Sh. Edmunds, « The Medieval Library of Savoy », Scriptorium, 25, 1971, p. 253-284.


Sh. Edmunds, « The Medieval Library of Savoy », Scriptorium, 26, 1972, p. 269-294.


Sh. Edmunds, « Catalogue des manuscrits savoyards », dans Les Manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, éd. A. Paravicini Bagliani, Turin, 1990, p. 193-244.


F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1420-1520, Paris, 1993, p. 203.

El Renacimiento Mediterráneo: Viajes de artistas e itinerarios de obras entre Italia, Francia y España en el siglo XV, catalogue d’exposition (Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza, janvier-mai 2001 / Valence, Museu de Belles Arts, mai-septembre 2001) éd. M. Natale, Madrid, 2001, p. 298-301, 39 (notice de F. Elsig). 

E. Castelnuovo, « Alla corte dei duchi di Savoia », dans Il Gotico nelle Alpi, catalogue d’exposition (Trente, Castello del Buonconsiglio, 20 juillet – 20 octobre 2002) éd. E.Castelnuovo et F. de Gramatica, Trente, 2002, p. 204-223.


G. Saroni, La Biblioteca di Amedeo VIII di Savoia (1391-1451), Turin, 2004.

 

Corti e Città. Arte del Quattrocento nelle Alpi Occidentali, catalogue d’exposition (Turin, Palazzina Della Promotrice delle Belle Arti, 7 février - 14 mai 2006), éd. E. Pagella, E. Rossetti Brezzi et E. Castelnuovo, Milan, 2006.


F. Elsig, « Les courants d'influence dans la peinture savoyarde du XV  siècle », Entre l'Empire et la mer. Traditions locales et échanges artistiques (Moyen Age-Renaissance), éd. M. Natale et S. Romano, Rome, 2007, p. 215-217.


C. Seidel, « Von Bapteur bis Colombe: die künstlerische Leitung », dans Die Apocalypse der Herzöge von Savoyen, éd. G. Bartz et C. Seidel, Simbach am Inn, 2011, p. 85-147.


F. Elsig et N. Schätti, « Le contexte artistique », dans Konrad Witz. Le maître-autel de la cathédrale de Genève : histoire, conservation et restauration, éd. F. Elsig et C. Menz, Genève, 2013, p. 177-193.


F. Elsig, La peinture dans le duché de Savoie à la fin du Moyen Age (1416-1536), Cinisello Balsamo, 2016.

M. Castaño, « Le pontifical d’Amédée de Talaru et les débuts de Jean Bapteur », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, 80, 2018, 2, p. 353-362.

e

Jean Bapteur, Crucifixion, vers 1440. Bois, 93 x 61,5 cm. Turin, Museo Civico.

Rédigé par Mireia Castaño 
Mireia.Castanomartinez@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.