Guillaume Hugueniot

Actif à Langres entre 1460 et 1475, Guillaume Hugueniot est connu grâce à un document d’archive qui permet de le situer au service de l’évêque Guy Bernard (1454-1481) pour lequel il enlumine les Postilles de Nicolas de Lyre. Divisé en sept volumes, l’ouvrage est conservé de nos jours à la Bibliothèque nationale de France (latin 11972-11978). Les volumes sont copiés à Langres par un seul scribe, Pierre Rouche, alors que les enluminures renvoient à deux personnalités distinctes. La première, celle du Maître du missel à l’usage de Troyes, est responsable de la décoration des deux premiers volumes ainsi que de la première miniature du troisième volume. La deuxième, celle de Guillaume Hugueniot, achève le restant des enluminures. Cette succession est interprétée par François Avril comme témoin d’une notoriété récente de Guillaume Hugueniot car, dans un premier temps, le prélat langrois préfère s’adresser à un artiste de premier plan comme le Maître du missel à l’usage de Troyes, l’enlumineur le plus en vue à Troyes au milieu du XVe siècle. Sec et linéaire, le langage stylistique de Guillaume Hugueniot se concrétise par une raideur du modelé et une géométrisation du paysage, surtout au niveau des formations rocheuses, ainsi que par une palette diluée et un coloris rehaussé de hachures monochromes. Le corpus de l’artiste s’élargit pour inclure un livre d’heures à l’usage de Langres commandé par Pierre de Bosredont (Pierpont Morgan Library, Glazier 55), trois feuillets d’un livre d’heures conservés au musée de Cluny et une Consolation de philosophie de Boèce conservé à la bibliothèque municipale de Rouen (ms. 3045). Paul Durrieu et l’abbé Marcel le placèrent au rang de simple suiveur du Maître du missel à l’usage de Troyes, cependant sa personnalité artistique se démarque facilement de l’emprise du peintre troyen ; sa présence documentée à Langres témoigne d’une activité au carrefour de deux foyers artistiques conséquents, Troyes et Dijon, et éclaire une facette jusqu’ici méconnue de la géographie artistique de la région.

Bibliographie

 

L. Marcel, La calligraphie et la miniature à Langres à la fin du XVe siècle : histoire et description du manuscrit 11972-11978 du fonds latin de la Bibliothèque nationale, Paris, 1892. 

 

J. Plummer, The Glazier collection of illuminated manuscripts, New York, 1968, no 64.

 

C. Samaran, R. Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine, portant des indications de date, de lieu ou de copiste, Bibliothèque nationale, fonds latin, t. III, Paris, 1974, p. 263. 

J. Plummer, G.T. Clark, The last flowering: French painting in manuscripts 1420-1530, New York, 1982, p. 59-60.

 

F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Paris, 1993, p. 181-184.

 

R. Wieck, Painted prayers : the book of hours in medieval and renaissance art, New York, 1997, p.15.

S. Collin-Roset, « Deux manuscrits lorrains enluminés de la Consolation de philosophie de Boèce : iconographie, Montpellier, Faculté de Médecine 43, Rouen, Bibl. mun. 3045 (Leber 817) », Lotharingia. Mélanges d'archéologie d'art et d'histoire offerts au chanoine Jacques Choux, 7, 1997.

J. Tanis, Leaves of gold: manuscript illuminations from Philadelphia collections, Woodbridge, 2001, p.76.

 

E. Taburet-Delahaye, J.C. Ton-That, M. A. Virlouvet, Thermes et Hôtel de Cluny, Musée National du Moyen Age, Oeuvres nouvelles, 1995-2005, Paris, 2006, p. 67.

 

J. Lagua, J.P. Ribaut, Catalogue des manuscrits enluminés de la Bibliothèque de la Société historique et archéologique de Langres, Langres, 2007.

 

Très riches heures de Champagne : l'enluminure en Champagne à la fin du Moyen Age, catalogue d’exposition (Exposition itinérante présentée en 2007-2008 dans les bibliothèques municipales à vocation régionale de Châlons-en-Champagne, Troyes et Reims), éd. F. Avril, M. Hermant, F. Bibolet, Paris, 2008, p.130-133.  

Guillaume Hugueniot, Postillae super totam Biblam, ms. lat. 11976, fol. 1r, entre 1460-1465, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Rédigé par Hiba Mojabber
hiba.mojabber@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.