Péronet Lamy

Originaire de Saint-Claude (Bresse), Péronet Lamy est documenté comme enlumineur dès 1432, quand il assiste Jean Bapteur dans l’exécution de l’Apocalypse des ducs de Savoie (aujourd’hui à l’Escorial). A la même date, les deux artistes travaillent dans la campagne décorative du château de Thonon. En 1434, Lamy peint cent lettres d’or du livre d’heures d’Anne de Lusignan ; en 1440 il est payé pour une « ystoire de Nostre Dame », pour « la premiere lettre et la vignette entour » du livre d’heures d’Amédée IX et pour un psautier ; en 1443 il reçoit cinq ducats d’or pour des « illumineures » ; son dernier travail documenté est le bréviaire du duc Louis, en 1452. Aucun de ces manuscrits n’est identifié et son corpus a été construit à partir de sa participation dans l’Apocalypse, où l’artiste présente un langage statique aux figures simplifiées et architectures puissantes, ainsi qu’un coloris plat et une palette contrastée. Les œuvres les plus précoces qu’on lui a attribuées sont conçues dans le milieu du concile de Bâle : l’artiste exécute en 1436 pour l’évêque Pietro Donato une Notitia Dignitatum (Oxford, Bodleian Lib., ms. Canon Misc. 378 ), dont il existe une deuxième version (Paris, Bib. nat. de France, ms. lat. 9661) et une Nativité dans un évangéliaire (New York, Pierpont Morgan Lib., ms. M. 180, fol. 11v). Encore à Bâle, l’artiste réalise le frontispice d’un exemplaire des Oraciones de Cicéron (Bibl. de Genève, ms. lat. 101) qui appartiendra à Martin le Franc. Ce dernier commandera à Lamy dès 1441-1442 l’illustration de son Champion des Dames (Bruxelles, Bibl. royale, ms. 9466) pour l’offrir au duc Philippe le Bon. A partir de 1440, le peintre s’établit à Genève, où il enlumine deux livres d’heures (Yale, Beinecke Lib., ms. 577; Chambéry, Musée savoisien, ms. 977. I. I), un missel conservé à l’Escorial (Bibl. de san Lorenzo, ms. b. I.3.), ainsi que deux importants missels destinés à Felix V conservés à Turin (Bibl. Reale, ms. Varia 168 ; Archivio di Stato, ms. J.b.II.6). À la fin de sa vie, Lamy participe au décor du livre d’heures dit de Saluces (Londres, British Lib., ms. Add. 27697).   

Bibliographie

 

Sh. Edmunds, «The Missals of Felix V and early Savoyard illumination», The Art Bulletin, 46, 1964, p. 127-141.

Sh. Edmunds, «New light on Bapteur and Lamy», Atti dell’Accademia delle Scienze di Torino, 102, 1968, p. 501-550.

Sh. Edmunds, «The Medieval Library of Savoy», Scriptorium, 26, 1972, p. 269-294.

Sh. Edmunds, « Catalogue des manuscrits savoyards », dans Les Manuscrits enluminés des comtes et ducs de Savoie, éd. A.

Paravicini Bagliani, Turin, 1990, p. 193-244.

F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peintures en France, 1420-1520, Paris, 1993, p. 204-205.

Il Gotico nelle Alpi, catalogue d’exposition (Trente, Castello del Buonconsiglio, 20 juillet – 20 octobre 2002) éd. E.Castelnuovo et F. de Gramatica, Trente, 2002, p. 498-503, n° 39-40 et 544-553, n° 105-105 (notices de G. Saroni).

F. Elsig, « Le décor de Giacomo Jaquerio à la chapelle des Macchabées et la peinture à Genève dans la première moitié du XVe siècle », Genava, LII, 2004, p. 47-57.

G. Saroni, La biblioteca di Amedeo VIII di Savoia (1391-1451), Turin, 2004.

 

Corti e Città. Arte del Quattrocento nelle alpi occidentali, catalogue d’exposition (Turin, Palazzina della Promotrice delle Belle Arti, 7 février - 14 mai 2006), éd. E. Pagella, E. Rossetti Brezzi et E. Castelnuovo, Milan, 2006, p. 191-192, n° 105-106 (notices de G. Saroni).

 

C. Seidel, «Von Bapteur bis Colombe: die künstlerische leitung», dans Die Apocalypse der Herzöge von Savoyen, éd. G. Bartz et C. Seidel, Simbach am Inn, 2011, p. 85-147.

 

F. Elsig, La peinture dans le duché de Savoie à la fin du Moyen Age (1416-1536), Cinisello Balsamo, 2016.

 

F. Elsig, Antoine de Lonhy, Cisinello Balsamo, 2018, p. 59-60.

Péronet Lamy, Le Champion des Dames, fol. 1, 1441, Bibliothèque royale, Bruxelles.

Rédigé par Mireia Castaño 
Mireia.Castanomartinez@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.