Jacques Yverni

De carrière essentiellement avignonnaise, le peintre est documenté de façon régulière à partir de 1410 jusqu’à sa mort en 1438. Il reçoit en 1411 et 1412 des mandats pour la peinture de deux étendards. En 1413, il complète un retable actuellement disparu « de notre seigneur Jésus-Christ » destiné à la cathédrale d’Aix, payé par Pierre d’Acigné, sénéchal de Provence. Probablement à la même date il exécute une peinture de sainte Geneviève pour François de Nyons, abbé avignonnais de Sainte-Geneviève de Paris. Cette peinture, aujourd’hui non localisée, existait encore en 1750 (décrite par Raymond de Véras) et comportait une signature : Jacobus Yverni me pinxit. En 1421, le peintre prépare les funérailles de Raymond de Beaufort à Avignon ; l’année suivante, il travaille dans la cathédrale de Cavaillon pour l’exécution de quatre verrières, aussi disparues. Il peint deux fois deux bannières pour la ville d’Avignon en 1427. En 1434, il engage un apprenti, Guillaume Barthélemy de Besançon, qui réapparaît en 1438 promis à la veuve d’Yverni. Son corpus artistique est constitué à partir du triptyque signé Jacobus Yverni de [Av]inione pixcit, conservé à la Galleria Sabauda de Turin. L’ouvrage, qui appartient à une phase tardive du gothique international, est datable de 1430. Il porte les blasons de la famille piémontaise des marquis de Ceva. A partir de cet ouvrage, on lui attribue de façon convaincante une Annonciation de la National Gallery de Dublin, qui combine l’élégance sinueuse de l’enluminure parisienne à l’héritage siennois d’Avignon, de façon identique à celle de son ouvrage signé. On a aussi attribué à Yverni les fresques du narthex de Notre-Dame des Doms et une Annonciation du musée Grobet-Labadié (Marseille) à son entourage. L’attribution des fresques du château de La Manta nous semble excessive. Cependant, son langage s’apparente à celui d’autres artistes contemporains actifs en Savoie et au Piémont.

Bibliographie

 

J.R. de Véras, Recueil des épitaphes et inscriptions qui sont dans les églises d’Avignon avec un abbrégé de la fondation desdites églises, 1750, Avignon, Bibliothèque municipale, ms. 1738, fol. 51.

L. Venturi, « Courrier d’Italie », La Renaissance de l’Art, 1919, p. 230-231.

J. Dupond, Les primitifs français 1350-1500, Paris, 1937, p. 23.

G. Ring, A Century of French Painting 1400-1500, Londres, 1949, p. 202.

J. Dupond et C. Gnudi, La peinture gothique, Genève, 1954, p. 158.

J. Dupont, « Quelques exemples des rapports entre la France et l’Italie au XIVe et XVe siècles », Cahiers de l’Association internationale d’Etudes françaises, 8, juin 1956, p. 10.

M. Laclotte, L’Ecole d’Avignon, Paris, 1960, p. 68.

A. Châtelet et J. Thuillier, French Painting from Fouquet to Poussin, Genève, 1963, p. 29.

M. Roques, Les apports néerlandais dans la peinture du Sud-Est de la France, XIVe, XVe et XVIe siècles, Bordeaux, 1963, p. 148.

E. Castelnuovo, Il Gotico internazionale in Francia e nei Paesi Bassi, 2, Milan, 1966.

J. White, National Gallery of Ireland, Londres, 1968, p. 64.

E. Kane, « A fifteenth century Avignonese Annunciation in Dublin», Gazette des beaux-arts, 6, vol. 83, 1974, p. 193-204.
 

E. Kane, « Nouvelles observations sur le retable de Thouzon », Revue du Louvre, 4, 1976, p. 239-249.

M. Laclotte et D. Thiébaut, L'Ecole d'Avignon, Paris, 1983.

E. Kane, « Jacques Yverni of Avignon », The Burlington Magazine, 1013, 1987, p. 491-498.

F. Elsig, « Les courants d'influence dans la peinture savoyarde du XVe siècle », Entre l'Empire et la mer. Traditions locales et échanges artistiques (Moyen Age-Renaissance), éd. M. Natale et S. Romano, Rome, 2007, p. 215-217.





 

Jacques Yverni, Triptyque, Galleria Sabauda, Turin.

Rédigé par Mireia Castaño 
Mireia.Castanomartinez@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.