Jean de Maisoncelles

Comme son nom l’indique, Jean de Maisoncelles est un peintre originaire de Maisoncelles, près d’Hesdin dans l’Artois. Il est attesté à Dijon entre 1435 et 1437, où il exécute deux œuvres capitales : la première, commandée en 1435 par Philippe le Bon et représentant un portrait du duc vêtu de son manteau et collier de la Toison d’Or, est destinée à rejoindre les portraits de Jean sans Peur et Philippe le Hardi à la chartreuse de Champmol ; la deuxième, une peinture murale évoquant une danse macabre, est commandée pour orner le cloître de la Sainte-Chapelle de Dijon. En 1436, Jean de Maisoncelles se procure de l’azure d’un marchand de la famille Berbisey, probablement Perrenot Berbisey. Le peintre est documenté par la suite en 1439, à Besançon, en compagnie d’Antoine Oriet et de l’enlumineur ducal, Jean de Pestinien, pour l’exécution d’une peinture murale dans la chapelle funéraire de Jean de la Rochetaillée (né Jean de Fonte), évêque et cardinal de Besançon, décédé en 1437. On perd sa trace dans les archives après 1439. Pierre Quarré lui attribue le panneau de la Présentation au Temple (v. 1440-1445, Dijon, musée des Beaux-Arts) ainsi que les peintures murales, fort abîmées, de Notre-Dame de Dijon représentant une Circoncision et une scène de baptême. Les deux œuvres manifestent un langage stylistique fortement marqué par les modèles de l’ars nova mais dont l’interprétation demeure simplifiée et la palette vive. L’absence des deux œuvres documentées (le portrait de Philippe le Bon et la danse macabre) rend l’identification du peintre difficile, cependant il est possible de rapprocher un portrait tardif du duc, daté du XVIIe siècle, (Dijon, musée des Beaux-Arts) de l’original exécuté par Jean de Maisoncelles.

Bibliographie

 

H. Chabeuf, « Un primitif du XVe siècle : la Circoncision », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, 15, Dijon, 1910, p. 179-192.

 

S. Reinach, « Tree Early Panels from the Ducal Residence at Dijon », Burlington Magazine, 1927, I, p. 234-245.

 

E. Michel, « Une Présentation au Temple d'école franco-flamande », Bulletin des musées de France, 1931, p.2. 

 

Ch. Oursel, « A propos de la Présentation au Temple »,  Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, 19, Dijon, 1932, p. 135-136.

J. Dupont, « Qui sont les donateurs de la Présentation au Temple? »,  Revue de l'art, 1935, 2, p. 85-88.

 

E. Panofsky, Early Netherlandish Painting. Its Origins and Character, Cambridge, 1953, t.1, p.194, note 2.

 

P. Quarré, « A propos du tableau de la Présentation au Temple », Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d'Or, 23, Dijon, 1955, p. 67.

 

P. Quarré, « Du Maître de Flémalle à Jean de Maisoncelles », Revue des arts, 6, 1958, p. 250-257.

 

M. Laclotte, Primitifs français, 1966, p. 38.

 

P. Quarré, M. Geiger, Catalogue des peintures françaises, Musée des Beaux-Arts, Dijon, 1968, n°3, planche II (Jean de Maisoncelles).

 

H.G. Gmelin, « Hans Bornemanns künstlerische Stellung und Nachwirkung in Nordwestdeutschland »,  Niederdeutsche Beiträge zur Kunstgeschichte, 8, 1969, p. 109-146.

 

C. Sterling, « La peinture de tableaux en Bourgogne au XVe siècle », Annales de Bourgogne, 50/ 197, 1978, p. 6 et 10.

 

M. Comblen-Sonkes, I. Vandevivere, « Les primitifs flamands, corpus de la peinture des anciens Pays-Bas méridionaux au quinzième siècle », Publications du Centre national de recherches « Primitifs Flamands », Bruxelles, 1989, p. 4, 9 et 12. 

 

F. Avril, « L'origine bourguignonne de la Messe de Saint Grégoire Jamot », Hommage à Michel Laclotte, 1994, p.161.

 

S. Cassagnes-Brouquet, Contribution à l’étude de la peinture médiévale : les peintres en Bourgogne sous les ducs Valois, 1363-1477, thèse de doctorat sous la direction de Fabienne Joubert, Université de Bourgogne, 1996, p. 460-464.

 

F. Elsig, La Peinture en France au XVe siècle, Milan, 2004, p. 29.

 

Peindre à Dijon au XVIe siècle, éd. F. Elsig, Milan, 2016, p. 37.

Jean de Maisoncelles?, Présentation du Christ au temple, 

1440-1450, musée des Beaux-Arts, Dijon (© François Jay). 

Rédigé par Hiba Mojabber
hiba.mojabber@unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.