Guillaume Dombet

Originaire de Chalon-sur-Saône, le peintre et verrier Guillaume Dombet est régulièrement documenté à Avignon, Aix, Tarascon, Montmajour, Marseille et Caderousse entre 1414 et 1458. Il travaille au palais des papes d’Avignon en 1414 puis dans la cathédrale de Saint-Sauveur d’Aix l’an suivant. En 1418, il travaille dans la synagogue des juifs d’Aix. En 1420, il réalise un panneau pour les frères mineurs d’Aix et trois ans plus tard, il est au service des bayles de Notre-Dame du portail de Magnanem. En 1425, il exerce pour Bertrand Rouband à Marseille et quatre ans plus tard, il peint un retable pour les cordeliers de Tarascon, où il travaillera à nouveau en 1432 et 1433, d’abord pour un retable dans la cathédrale puis pour un tableau avec les armes du Roi et de la Reine. En 1436, Jacques Martin lui demande de refaire un vitrail dans sa chapelle à Montmajour. En 1440, Isnard Peytavin lui commande deux vitraux pour sa chapelle à Saint-Sauveur d’Aix. En 1444, l’archevêque Nicolaï lui demande trois vitraux dans sa chapelle de Saint-Mitre à Saint-Sauveur ainsi que le dessin et la peinture de sa pierre tombale. En 1448, quatre verrières lui sont commandées par les célestins d’Avignon puis, en 1449, le chapitre de Saint-Sauveur d’Aix lui demande un retable. En 1452, il peint un tableau pour la ville de Caderousse. On sait qu’en 1457 il travaille avec son fils sur des boiseries peintes pour le cardinal Alain de Coëtivy et qu’il teste l’année suivante. Trois de ces travaux nous sont parvenus : les vitraux commandés en 1444, la pierre tombale et un fragment d’armoiries de 1448. Aujourd’hui, on assigne les vitraux de Saint-Mitre à son fils Aubry et on les rapproche de la Pietà de Tarascon conservée au musée de Cluny (Paris, inv. Cl. 18509), qui pourrait revenir à son second fils, Jacques. Ainsi l’atelier Dombet se caractériserait par un langage Bourguignon transposé dans une veine provençale.

Bibliographie

 

F. de Marin de Carranrais, L’abbaye de Montmajour. Étude historique d’après les manuscrits de D. Chantelou et d’autres documents inédits, Marseille, 1877, p. 90.

 

J. H. Albanes, « Procès-verbal de la vente après décès d’Avignon Nicolaï », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 1884, p. 54 – 55.

 

Dr. Barthélemy, « Documents inédits sur les peintres et les peintres-verriers de Marseille de 1300 à 1550 », Bulletin archéologique du comité́ des travaux historiques et scientifiques, I, 1885, p. 398.

 

P. H. Requin, Documents inédits sur les peintres peintre-verriers et enlumineurs d’Avignon au quinzième siècle, Paris, 1889, p. 7 – 12, 54 – 55.

 

H. Gibert, « Monuments religieux de la ville d’Aix », Inventaire générale des richesses d’art de la France, III, 1901, p. 183.

 

H. Bouchot, Les primitifs français 1292 – 1500. Complément documentaire au catalogue officiel de l’exposition, Paris, 1904, p. 248 – 249.

 

C. Faure, « Les réparations du Palais Ponti cal d’Avignon au temps de Jean XXIII (1413 - 1415) », Mélanges d’archéologie et d’histoire, XXVIII, 1908, I – II, p. 194.

 

C. de Reboul, « Une peinture du XVe siècle à Macon en 1793 », Annales de l’Académie de Mâcon, 3, 1912, XVII, p. 117 – 132.

 

A. C. Barnes, V. de Mazia, The French Primitives and their Formes. From their origin to the End of the Fifteenth Century, Philadelphie, 1931, p. 243.

 

L.-H. Labande, Les primitifs français. Peintres et peintres-verriers de la Provence occidentale, I, Marseille, 1932, p. 79 – 81, 158, 192.

 

C. Sterling, La peinture française. Les peintres du Moyen Age, Paris, 1941, p. 27.

 

M. Varille, Les primitifs de la Provence, Paris, 1946, p. 75.

 

C. Sterling, « La Pietà de Tarascon », La Revue des Arts, 5, 1955, 1, p. 25 – 46.

 

J. Boyer, « Le maître de l’Annonciation d’Aix enfin identifié », Connaissance des Arts, 7, 1958, p. 39 – 43.

 

L. Grodecki, « Guillaume Dombet, verrier, est-il le Maître de l’Annonciation d’Aix ? », Bulletin Monumental, 117, 1959, 1, p. 80 – 81.

C. Sterling, « Commentaires au catalogue des peintures françaises du XVe siècle. La Pietà de Tarascon et les peintres Dombet », La Revue du Louvre et des musées de France, 16, 1966, 1, p. 13 – 26.

 

A. Erlande-Brandenburg, « La Pietà de Tarascon », Bulletin Monumental, 126, 1968, 2, p. 197 – 198.

 

L. C. Ragghianti, « codicillio », Critica d’Arte, XIX, 1972, 122, p. 84 – 92.

 

M. Laclotte et D. Thiébaut, L’École d’Avignon, Paris, 1983, p. 74, 216.

 

J. Boyer, « Un primitif de Tarascon et une Tarasque en 1448 - 1455 », Gazette des Beaux-Arts, VI, 1983, 102, p. 87 – 91.

 

F. Robin, La cour d’Anjou – Provence, la vie artistique sous le règne de René, Paris, 1985, p. 210.

 

F. Robin, « Actes notariés et Histoire de l’Art (suite et fin) », le Gnomon, 52, 1986, p. 8 – 16.

  

C. Merindol, Le roi et la seconde maison d’Anjou : emblématique, art, histoire, Paris, 1987, p. 213.

 

J. Guidini-Raybaud, Pictor et veyrerius. Le vitrail en Provence occidentale, XIIe - XVIIe siècles, Paris, 2003, p. 115, 184.

 

C. Roux, « Deux vitraux inédits du peintre et verrier Guillaume Dombet à Tarascon », Provence Historique, 55, 2005, 222, p. 501 – 502.

 

J. Guidini-Raybaud, « L’emploi du terme de « peintre » pour désigner les artisans du vitrail en Provence occidentale entre 1400 et 1550 », dans Poètes et artistes : la figure du créateur en Europe au Moyen Age et à la renaissance, éd. S. Cassagnes-Brouquet et M. Yvernault, Limoges, 2007, p. 40.

 

F. Elsig, « Hypothèses sur René d’Anjou et l’Ars Nova en Provence », A ses bons commandements... La commande artistique en France au XVe siècle, actes du colloque, éd. A. Braem et P. A. Mariaux, Neuchâtel, 2014, p. 137.

e

Guillaume et Aubry Dombet?, saint Nicolas, 1444. Vitrail. Aix-en-Provence, Saint-Sauveur.

Rédigé par Constantin Favre 
Constantin.favre@etu.unige.ch

2018 © Université de Genève - Fonds national suisse de la recherche scientifique.